Escale à Pont-Sainte-Maxence

La navigation sur l’Oise, de Compiègne à Pontoise, permet la découverte d’un riche patrimoine mêlant joyaux naturels, monuments historiques, escales de charme…

Dès l’arrivée du printemps paquebots fluviaux et embarcations plus modestes aiment s’arrêter au pied de l’Abbaye Royale du Moncel, de l’île et de l’écluse de Sarron ou du barrage classé Monument historique. Ils profitent ainsi des commerces du centre-ville, de la vue agréable sur les bords de l’Oise et le pont, de la proximité des différents circuits de randonnée et la Réserve écologique de l’Ois'eau.

Se rendre à Pont-Sainte-Maxence, c’est aussi en savoir plus sur cette rivière. Aux XIXe et XXe siècles, l’activité commerciale étant intense sur l’Oise de riches propriétaires ont souhaité s’y installer. Qu’il s’agisse d’une résidence de villégiature ou non, chacun cherche, dans le choix architectural de sa maison à afficher son statut social.

De fait, tous les styles et toutes les dimensions cohabitent pour former un ensemble d’une grande diversité. Plusieurs villas bourgeoises du bord de l’Oise à Pont-Sainte-Maxence présentent une architecture néo-régionale aux coloris d’antan (rose tendre, jaune, vert…). Leurs élévations s’étirent et leur plan parfois très ramassé s’expliquent par la crainte des inondations.

© Xavier Renoux

Une histoire de ponts

L'Oise prend sa source en Belgique près de Chimay avant de se jeter, 330 kilomètres plus loin, dans la Seine à Conflans-Sainte-Honorine. Elle traverse les Pays d’Oise et d’Halatte sur 18 kilomètres et façonne les paysages en alimentant le chapelet d’étangs qui la bordent. Ces plans d’eau étaient auparavant d’anciennes gravières aujourd’hui reconverties pour des activités de loisirs comme la pêche, la chasse au gibier d’eau ou encore les sports nautiques.

L’actuel pont qui franchit l’Oise à Pont-Sainte-Maxence est le seizième en ce lieu depuis 673. Si le premier pont connu possédait deux moulins à eaux ainsi qu’un pont levis, c’est certainement celui conçut en 1785 par Jean-Rodolphe Perronet qui fut le plus audacieux, puisqu’il permettait de haler les bateaux sans avoir à dételer les animaux.

La légende de Sainte-Maxence relate le fait que le franchissement de la rivière s’est fait à cet endroit depuis des temps très anciens. Maxence, fille du roi des Scots au Ve siècle, veut échapper à son mariage. Mais ne pouvant traverser le pont, elle jeta trois pierres pour franchir la rivière. Décapitée par son promis, elle s’éleva dans les aires avec la tête dans ses mains et alla vers son lieu de sépulture.

Berges de l'Oise
© Xavier Renoux

L'Oise, liaison commerciale

L’activité fluviale a toujours était très intense sur l’Oise. À Pont-Sainte-Maxence, Pontpoint et Rieux les aménagements témoignent de l’activité commerciale liée à la rivière.

Auparavant, la ville de Pont-Sainte-Maxence possédait un port en amont du pont. Il servait au transport de marchandises, notamment le blé et le vin. Certes il ne pousse plus guère de vigne sur les pentes du Mont Calipet d’où l’on produisait un cru local. Mais les ceps appartiennent à l’histoire qui se raconte encore et dont témoigne le bâtiment des caves du Montcel situé à proximité immédiate de la rivière. Il y avait également en aval un port à bois et un port à sable dont la matière première était acheminée par un petit train qui traversait le centre-ville avant d’arriver aux quais de chargement.

Aujourd’hui, le port de commerce, principalement céréalier, est considéré comme étant l’un des plus importants port de commerce de la vallée de l’Oise.

Pêche, Pays d'Oise et d'Halatte
© Oise Tourisme