Notre territoire a inspiré et a vu naître de grands hommes aux disciplines diverses.

Les architectes

Salomon de Brosse, architecte, né à Verneuil-en-Halatte en 1571 a achevé le château de Verneuil et est l’auteur, entre autre, du palais du Luxembourg à Paris pour Marie de Médicis. Son grand-père Jacques Androuet du Cerceau, architecte et graveur, célèbre pour son ouvrage Les plus excellents bâtiments de France dont 10 planches présentent le château de Verneuil, a servi de référence à de nombreux architectes du XVIIe siècle et est aujourd’hui encore très consulté.

Jean-Rodolphe Perronet, architecte puis ingénieur des Ponts et Chaussées, connu pour sa conception du pont de la concorde à Paris a aussi conçu le pont à trois arches de Pont-Sainte-Maxence en 1785, aujourd’hui disparu. Il a été surnommé le Vauban des ponts et chaussées.

Double portrait de l'Architecte Jean-Rodolphe Perronet et sa femme par Alexandre Roslin (1759), au musée des beaux-arts de Göteborg - Domaine public
Double portrait de l'Architecte Jean-Rodolphe Perronet et sa femme par Alexandre Roslin (1759), au musée des beaux-arts de Göteborg - Domaine public

Les peintres

Des peintres vinrent aussi dans la région pour se ressourcer et retrouver l’inspiration.
C’est à l’été 1908 que Pablo Picasso et sa compagne Fernande Olivier se sont établis pour quelques semaines à La rue des Bois (commune de Verneuil-en-Halatte). Ici, le peintre cubiste trouva l’inspiration pour 4 toiles dont 3 sont aujourd’hui exposés au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg (Vase de fleurs et verre avec cuillère, La fermière, Maisonnette dans un jardin). Dans la peinture Gilbert Krill, Picasso illustre les amis qui lui rendaient visite à La rue des bois tel que Guillaume Apollinaire.

Le grand prix de Rome de 1864, Diogène Maillart, peintre d’histoire, portraitiste et professeur de dessin à la Manufacture des Gobelins au XIXe siècle, habita Rieux dans le « château vert » dont il fait sa maison de campagne. Au château de Chantilly, il est l’auteur de L'Espérance ailée du plafond du grand escalier. Ses œuvres sont également conservées à la villa Médicis de Rome, au Petit Palais, au Sénat ou aux Gobelins, dans l'église Saint-Augustin, dans la mairie du IIIe arrondissement à Paris.

Une rue de Rieux, Diogène Maillart © Musée Gallé-Juillet, ville de Creil

Les scientifiques

Gilles Personne de Roberval, mathématicien et physicien, né à Noël-Saint-Martin en 1602, est l’inventeur de la balance de Roberval. Il est l’un des pères fondateur de l’académie des sciences au XVIIe siècle.

Gustave Eiffel est un ingénieur et entrepreneur français de la fin du XIXe siècle, essentiellement connu pour la réalisation de la tour qui porte son nom, à Paris. Il a fait sa carrière en construisant des ouvrages d'art en fer, matériau novateur pour l'époque qui permettait d'édification de structures ne pouvant pas être faites en pierre dont le réservoir à eau situé en forêt d’Halatte fabriqué par son atelier. C’est le seul réservoir de ce type encore en service dans le monde.

Balance de Roberval

Les hommes de lettres

Les hommes de lettres ne sont pas en reste. Nicolas Boileau, poète écrivain du XVIIe siècle, séjourna pendant 8 ans au hameau Saint-Paterne de Pontpoint. C’est là qu’il composa une partie de ses Épitres et ses Satires. Amoureux de la nièce de l'abbé Prieur, Marie de Bretonville qui ne répondit pas à ses avances, il devint lui-même prieur en 1662. Par la suite, il devint historiographe du roi Louis XIV en 1677 puis membre de l'Académie Française en 1684.

Robert Louis Stevenson, écrivain écossais du XIXe siècle, auteur en autre de L’île au trésor et de L’étrange cas du docteur Jekyll et Mister Hyde, qui au travers de sa navigation sur les rivières de Picardie, d’Amiens à Pontoise raconte son périple dans Voyage en canoë sur les rivières du nord en 1878 où il fait une halte à Pont-Sainte-Maxence.

Nicolas Boileau