Églises et petit patrimoine

Nos édifices, érigés à partir du XIe siècle, parfois sur des ruines bien antérieures, ont connu des remaniements et reconstructions.

Clocher et style épuré préroman du XIe siècle à Saint-Gervais - Saint Protais de Rhuis, forme basilicale préroman du XIe siècle à Saint Lucien de Sarron (Pont-Sainte-Maxence) ou encore la nef romane unique du XIe siècle également à Noël-Saint-Martin, portail gothique primitif du XIIe siècle à Saint-Rémi de Roberval, voûtes gothiques et chevet plat ainsi que la sculpture élégante des gros chapiteaux des XIIe et XIIIe siècles à Saint-Vaast d’Angicourt, clocher Renaissance et statuaire du XVIe siècle à Pont-Sainte-Maxence ou encore mobilier de la période classique du XVIIe siècle dans la petite église Saint-Hubert de Beaurepaire : chaque évolution ou innovation architecturale raconte ce que fut notre territoire à travers les âges.

Découvrez calvaires, bornes armoriés ou encore lavoirs dont pas moins de 7 se situent à Pontpoint.

Église de Noël-Saint-Martin

Châteaux au cœur des domaines

Le château de Beaurepaire est constitué de parties édifiées à plusieurs époques : médiévale, Renaissance, début XVIIe et fin XIXe.

Celui de Roberval date du XVIe siècle et est édifié par Jean-François Laroque, seigneur de Roberval puis remanié au XVIIIe siècle sous Charles de Rohan prince de Soubise dans un style essentiellement classique. 

À Pont-Sainte-Maxence, il y a deux châteaux brique et pierre. Le château Primet datant de la fin du XIXe construit par Claude Primet, l’inventeur de la « casserole en alu ». Le château de Villette, entièrement reconstruit par la famille Edgard Stern en 1903 dans le style néo–renaissance, avait été aménagé pour le Marquis Charles de Villette et son épouse Reine Philiberte, pupille de Voltaire.

Aujourd’hui, ces châteaux sont privés.

Château de Beaurepaire

Château de Beaurepaire

Du château de Verneuil-en-Halatte, il ne subsiste que les ruines dont les plans ont été conçus par Jacques Androuet du Cerceau et terminé par Salomon de Brosse pour Philippe de Boulainvilliers au XVIe siècle.

L’édifice a été démoli par ses propriétaires, les princes de Condé, au XVIIe siècle car il risquait de faire de l’ombre à son voisin le château de Chantilly. Il ne reste plus aujourd'hui que les soubassements et des éléments sauvegardés au musée la Mémoire des Murs - Serge Ramond à Verneuil-en-Halatte.

Patrimoine industriel et art déco

Suite au développement du train au cours du XIXe siècle, les usines se sont développées sur le territoire et pris leurs essors au XXe siècle.

À Pont-Sainte-Maxence, quelques usines, aujourd’hui disparues, ont fait la renommée de la ville et de ses environs comme la Cérabati (céramique du bâtiment) qui fabriquait des carreaux, la Salpa qui fabriquait du cuir artificiel de marque Synderme et la SAF (Soudure Autogène Française) qui a produit des éléments et matériels de soudage comme le premier bateau en tôle soudé.

Suite à cette industrialisation et sous l’initiative du maire de l’époque, George Decroze, la ville de Pont-Sainte-Maxence a été profondément transformée avec la construction de bâtiments de style art déco. Le plus bel exemple est incontestablement l’Hôtel de Ville avec ses ferronneries et ses bas-reliefs. Les traces de cette époque sont toujours visibles dans la ville avec les anciens bâtiments des bains douche, l’ancienne poste, l’hôpital et l’école Jules Ferry.
Empruntez le parcours historique : Promenade découverte n°1 (7,13 MB)

Carte postale de l'usine Cérabati - Coll M. Blanchon - Fond Bibliothèque Reine Philiberte
Carte postale de l'usine Cérabati - Coll M. Blanchon - Fond Bibliothèque Reine Philiberte